Master class

le-souffleur-franck-nicolas-a-la-trombonne-photo-a-jocksaFranck Nicolas animera plusieurs master class de musique jazz-ka le style  qu’il a créé les jours qui précèdent son concert du 25 mars 2016 soit les 22, 23 et 24 mars (mardi, mercredi et jeudi).

Franck Nicolas vient de sortir une méthode/coffret sur le modèle Abersold avec un CD d’enregistrements originaux (ses propres compositions), un CD juste avec la rythmique pour s’entrainer à jouer le thème et improviser grâce aux fameuses gammes « guadeloupéennes  » qu’il conseille. Le coffret contient bien entendu les partitions des arrangements des titres originaux du CD.

Il explique au préalable les 7 rythmes du Gwo-ka traditionnel et puis les stagiaires interprètent les titres dans l’esprit big band. Ca veut dire que l’idée est de réunir dans chaque master class (4 heures) un groupe de 10 musiciens à 12 musiciens  (rythmique + cuivres). Le cout du stage est de 35€ par personne + le ticket de concert à 10€ au lieu de 17€.

Le groupe de 6 personnes = 1 stage gratuit + une entrée gratuite + une méthode gratuite.

 

 

Infos/Inscriptions sur  www.culture-ultramarine.be

http://facebook.com/culture.ultramarine.be
http://facebook.com/pianos et claviers
http://facebook.com/mouvment kréol

 

BIO Franck Nicolas

 

FRANCK NICOLAS est un des musiciens caribéens des plus doués de sa génération. Il est le créateur d’un nouveau courant musical, le JAZZ KA (mélange de jazz et de tambour traditionnel de la Guadeloupe) A la manière d’un peintre d’origine Antillaise tel Jean Michel Basquiat ou Michel Rovelas, le trompettiste Franck Nicolas se sert de toute la palette des couleurs de sa riche culture Antillaise pour façonner son art : le JAZZ KA. C’est en véritable artiste de la matière sonore qu’il a cherché à marier les sons des tambours traditionnels des Antilles françaises aux harmonies du jazz.

Etant arrière petit-fils d’esclaves de l’île de Marie Galante, il est l’héritier direct de «Kafé Edouard Ignol», l’un des créateurs du « Gwo ka » moderne (musique basée sur les traditions ancestrales des Antilles françaises).

C’est en véritable poète de la mélodie qu’il chante les louanges de ses ancêtres !

Il est en perpétuelle quête d’une alchimie parfaite entre le lyrisme de MILES DAVIS et le chant des racines guadeloupéennes : celui de LIN CANFRIN, grand chanteur de Gwo ka traditionnel.

Sa soif de découvrir de nouvelles contrées musicales, l’amène à se tourner vers les conques de Guadeloupe pour en tirer des sons artistiques profonds et naturels sur des harmonies novatrices. L’inspiration de ses compositions n’a de cesse de mettre en lumière l’esprit du « Ka » et sa philosophie. Le jazz ka est une musique de métissage qui prône un message de paix et de fraternité à l humanité toute entière !!!

 

A l’age de 10 ans : 1ère mention de solfège & trompette avec félicitation du jury, au conservatoire de Bourges.

A 20 ans : Licence de musicologie à la fac Paul Valéry à Montpellier

A 21 ans : Il joue et enregistre un premier disque avec le Philharmonique de Montpellier.

A 22 ans : Apprentissage de la biguine jazz avec Alain Jean Marie dans les clubs Parisiens, Franc Pinot, Sunset…

 

Parallèlement, il enseigne le jazz et le jazz créole au JAM depuis 1991 (école de jazz de Montpellier). Tournées internationales : aux cotés de : Randy Weston, Alex Blake, Lonnie plaxico, Alain Jean Marie, Nelson Véras, Kafé Edouard Ignol, Mario Canonge, Michel Alibo, Karim Ziad, Magik Malik, Jacques Scharzbart, Souriba Kouillaté, Candy Dulfer, Tony Chasseur, Erik Vincenot, Hervé Samb, Jean Christophe Maillard, Grégory Privat, Sonny Troupé…

Références Scéniques : Festival de Montréal, Nice, Junas, Juan les Pins, Marciac, Pointe à Pitre, Marie Galante, Cayenne, St Lucie, Barbade, Trinidad, Antigue, St Vinvent, St Kits, Fort de France, St Domingue, Nîmes, Sète, … dans les clubs de jazz de New York (le Small), de Paris (Sunset, Baiser Salé, Franc Pinot), Berlin, Hannover, Munich, Francfort, Viennes (Bird land Autriche), Salzburg, Le Loch, Genève, Bruxelles, Londres, Cardiff, Manchester, Abidjan, Dakar,…

 

Ecouter ces deux extraits de l’un de ces derniers albums : 

1- En bas la pli – Franck Nicolas – Album Kokiyag  – JKPhilosophy

2 – Kokiyag – Franck Nicolas – Album Kokiyag  – JKPhilosophy

Discographie :

1993 : album concerto for jazz band & Symphony Orchestral ( philharmonique de Montpellier) 1997 : album « Maggnétick » ( jazz rock)

1999 : départ pour New York , enregistrement de l’album « Accoustick Voyage » avec J.Scharzbart 2001 New York , album en Trio « Kiss in Paris »

2002 : New York , album “Jazz Ka Philosophy 1” ( 4étoiles Jazzman ) avec Alain Jean Marie, Magik Malik , Lonnie Plaxico, Jacques Scharzbart, Sonny Troupé, Joby Julienne, Louis Allèbe Montjoly de Montaigne.

2005 : album “Jazz ka Philosophy 2 » ( 3étoiles Jazzman ) 2006 : album « Manioc Poesié 1 »  ( 4 étoiles Jazzman )

2007 : album « Fanfare Ka » avec Mario Canonge, Michel Alibo…

2008 : album « Keyko’s Dream » avec Karim Ziad , Mario Canonge , Michel Alibo… 2009 : album « Manioc Poésie 2» avec Jean Christophe Maillard , Alain Jean Marie

2011 : album « Jazz Ka Philosophy 3 »

album sur les coquillages avec Alain Jean Marie…

2012 : album « jazz ka philosophy 5 » TRIO Zalizé ( avec Michel Alibo & Sonny Troupé)

2013 : album « jazz ka philosophy 7 » Psychédélick TRIO (Grégory Privat & Arnaud Dolmen) 2014 : album « Jazz Bèlè Philosophy 8 » Martinique (Magik Malik, Mario Canonge, Gregory Privat, Michel Alibo, Philippe Gouyer Montout, Laurent Emmanuel Bertholo)

2015 : album jazz ka philosophy 9 « TRIO Soleil » ( Nelson Veras & Sonny Troupé ) + Méthode sur les Gammes Guadeloupéennes

2016 : album jazz ka Philosophy 10 « Méthode Jazz Ka » (Magik Malik, Sylvain joseph, Nelson Veras, Alain Jean Marie, Michel Alibo, Sonny Troupé ) + Méthode pédagogique sur le Jazz-Ka.

 

Transmission des savoirs ancestraux !!!

Franck Nicolas & les icônes de la musique traditionnelle Guadeloupéenne : 

0336a8_2f8f0c44b73e45eab3593e6525a276e9Guy Konket, icône du chant traditionnel Guadeloupéen, aimait particulièrement le jeu et le phrasé de trompette authentiquement Gwo ka de Franck…

C’est d’ailleurs pour cette raison qu’on a fait appel à Franck Nicolas pour composer et faire des arrangements pour un grand ensemble dédié à la mémoire de Guy konket à Paris, au quai Branly, il y a 3 ans.

Ayant baigné dans un milieu très riche de culture et de transmission des savoirs musicaux Guadeloupéens, Franck Nicolas décide de traduire tout l’héritage oral légué par les anciens dans divers méthodes :

la 1ère est celle des gammes authentiques Guadeloupéennes parue en juin 2015, et la 2ème s’intitule « La méthode jazz ka », et renferme tous les secrets du jazz ka (les accents sur lesquels on doit s’appuyer pour interpréter une mélodie ou une impro, les rythmes traditionnels et modernes selon Sonny Troupé, le placement rythmique du piano selon Alain Jean Marie, les lignes de basses selon Michel Alibo, les solos selon Magic Malik ou Nelson Veras etc).

Cette méthode sortira à la fin de l’année 2016

 

 Alain Jean-Marie

 

Alain Jean Marie, icône et légende du piano biguine-jazz, a tout appris de cette musique à Franck et le soutient dans sa démarche pour faire connaître au monde entier la musique savante des Antilles Françaises…  Alain Jean Marie a joué sur 5 des 10 albums de Jazz ka Philosophy, et a déjà passé commande au trompettiste  de plusieurs compositions pour ces propres albums… ils ont partagé la scènes des milliers de fois : la communion entre eux est parfaite.

 

Méthode sur Les Gammes Guadeloupéennes:

Préface

En 2002, j’ai enregistré à New-York,  avec Franck Nicolas, son 1er « Jazz-Ka Philosophy », mariage heureux du Blues, du jazz, et de la Musique traditionnelle de la Guadeloupe, le « GWO-KA ».

Depuis, Franck a enregistré une dizaine d’albums dans le même esprit, témoignant de sa passion pour la Musique de son pays.

Il a été à bonne école, ayant travaillé cette musique avec un Maître (Edouard Ignol, « Kafé » : trompettiste, percussionniste, maîtrisant tous les rythmes du GWO-KA). Mon admiration est grande pour Franck, car sa passion le conduit à une créativité sans limites, à partir de son héritage Afro-Guadeloupéen. Les esclaves Africains étant arrivés sur les Terres Caribéennes complètement démunis, sans instruments, ne pouvant s’exprimer que par l’élaboration d’une nouvelle Culture, ont créé le GWO-KA, une musique originale, authentiquement Guadeloupéenne.

Après les enregistrements, Franck Nicolas va maintenant publier une méthode où l’on pourra prendre connaissance des gammes sur lesquelles se construit cette Grande Musique, depuis peu inscrite au Patrimoine Culturel de l’Humanité ! Un grand Merci à Franck Nicolas !

 

Alain Jean-Marie 2

 

 

Alain Jean-Marie.

 

 

 

La méthode jazz-ka

 

La culture Guadeloupéenne, bien que venant d’un petit pays, est une des plus riches et des plus importantes du monde. Grâce à son histoire trop souvent méconnue, la Guadeloupe a énormément de choses à dire et à raconter dans beaucoup de domaines…

Depuis les années 70, la musique traditionnelle Guadeloupéenne n’a cessé de se développer, d’évoluer et de s’émanciper. Aujourd’hui, elle est prête à prendre la place qui lui revient dans le monde entier.

Le Gwo Ka traditionnel de 1848 a donné naissance au « Gwo Ka moderne » de Lockel et Kafé dans les années 70. Il a permis la création du jazz-ka dans les années 2000. Au vu de sa structure rythmique élaborée et de sa richesse harmonique, le jazz Ka peut être considéré comme la musique savante Guadeloupéenne, au même titre que le classique en Europe ou le Jazz en Amérique…

 

La « Méthode Jazz-Ka » a deux objectifs essentiels :

 

  • Le premier est de comprendre et d’apprendre l’esprit et la musique des racines guadeloupéennes grâce à l’écoute d’un double CD comportant 11 titres originaux composés sur les 9 Rythmes de Gwo Ka Sur le 2ème CD figurent les playbacks conçus pour s’entraîner, à la manière des fameuses méthodes américaines de jazz traditionnelles (les Abersolds). Quel musicien n’a pas rêvé d’être accompagné par Alain Jean Marie au piano, Michel Alibo à la basse ou Sonny Troupé à la batterie ??? Ce rêve est à présent possible grâce à la méthode jazz-ka. Sur le 1er CD, il y a également les solistes Franck Nicolas (trompettes), Magic Malik (flûte), Sylvain Joseph (Sax) et même la sublime Tanya St Val au chant !!!!

 

  • Le deuxième objectif de cette méthode est de faire connaître et respecter la musique profonde Guadeloupéenne au monde

Le double CD s’accompagne d’un recueil de partitions et d’explications précises, pour improviser à l’aide d’un instrument tel que le sax, la trompette, la flûte  la voix,la guitare et le piano sur les différents rythmes du Gwo ka, tout en respectant les accents du Ka et l’esprit de la vibration Guadeloupéenne.

 Franck Nicolas Photo 2

Qu’est ce que le jazz ka ?

 

Le jazz-Ka est l’alchimie parfaite qui relie le jazz et le Gwo-Ka (Tambour traditionnel de Guadeloupe). Entendez par « jazz » le fait d’improviser une mélodie sur des enchaînements d’accords. Le Ka, quant à lui, donne le rythme de la mélodie, engendre un certain type d’enchaînement d’accords (l’harmonie), et donne l’esprit et l’âme à cette nouvelle musique…

Avec ces mélodies particulières, son harmonie qui lui est propre, et ses rythmes enracinés dans la culture profonde Guadeloupéenne, le jazz-ka est une musique à part entière.

Il succède au Gwo-Ka moderne créé dans les années 70 par Gérard Lockel (guitariste).

Le Gwo-Ka moderne a été la rencontre des instruments tels que la guitare, le piano, la basse et les cuivres avec la tradition pure Gwo-ka. C’est une musique qui a ses codes et ses propres gammes. Elle est atonale ou modale (elle se joue autour d’une tonalité comme dans la musique traditionnelle).

C’est là, la principale différence avec le Jazz-Ka. Car même s’il prend ses racines dans la tradition Gwo-ka, le jazz-ka emprunte à la musique occidentale tous ses accords et toutes ses règles harmoniques. En dehors des gammes classiques qu’il utilise, le jazz-ka a également quelques gammes et des phrasés qui lui sont propres, comme la gamme Marakudja, la gamme Hibiscus, la gamme des grillons, le phrasé Vonvon-Papillon etc… ( voir l’album sur les Gammes Guadeloupéennes )

 

Quatre éléments à connaître avant d’aborder le Jazz-Ka :

  • Ne jamais oublier que toutes les musiques issues du peuple noir (la musique traditionnelle Africaine, le blues, le jazz, le Reggae, la salsa, la calypso, la biguine,…) se transmettent de façon orale… L’écriture de la musique est juste un moyen de se souvenir des notes et des rythmes, mais il faut d’abord écouter et ressentir avant de reproduire…
  • Le son est l’âme d’une musique, sa signature, son identité, ses « empreintes digitales »… Il est essentiel de travailler son instrument afin d’obtenir un jour son propre Comme toutes les musiques, le jazz-ka a son propre son, et ceci sur tous les instruments (la trompette, le sax, la flûte, la guitare, le piano, la basse, la batterie, le ka, la voix,…)
  • Lorsqu’on veut jouer une musique, il ne faut pas omettre qu’elle découle d’une culture profonde, il est donc essentiel d’en connaître un peu l’histoire… Quelque soit le niveau musical qu’on a sur un instrument, si on aborde une musique qu’on ne connaît pas, il y a d’abord une phase d’écoute (on copie, on reproduit et on s’approprie).
  • Enfin, il n’y a pas de frontières dans l’art, chaque être humain a la possibilité d’apprendre et de s’approprier n’importe quelle musique. Il en va de même pour le jazz-ka : il faut juste l’aimer et respecter ses origines afin d’avoir toutes les chances de pouvoir jouer dans « l’esprit » de cette musique.

 

Découverte du jazz ka :

 

Franck Nicolas enseigne le Jazz-ka depuis sa création à New York en 2002 au JAM (école de jazz de Montpellier), et est régulièrement appelé pour des masters classes en Guadeloupe, Martinique et Guyane, soit pour des musiciens pro, soit dans des écoles de musique, mais également pour faire un travail de fond dans les écoles de Guadeloupe grâce à Pierre Edouard Décimus, le créateur du groupe Kassav et principal initiateur de l’intégration du Gwo ka dans la musique actuelle…

Franck Nicolas propose un travail de transmission des savoirs musicaux créoles, qui va de l’éveil musical pour les plus petits, à la master classe pour les musiciens confirmés… Il n’est pas aisé de tout écrire à propos d’une musique de tradition totalement orale…

C’est pourquoi, Franck axe son enseignement sur l’écoute en directe et le partage sur place avec les étudiants.

C’est dans l’interaction du moment et dans l’échange qu’il s’épanouit dans la transmission de cette culture ancestrale, une culture issue du choc de la rencontre de 3 civilisations : Africaine, Amérindienne et Européenne.

L’héritage de la danse et du tambour Gwo Ka vient essentiellement de l’Afrique, celui de l’utilisation des coquillages vient des Indiens Caraïbes, et les accords du jazz-ka viennent de la culture occidentale… Ce mélange est constant dans les Antilles : il constitue la base de la culture des îles de la caraïbe … il est présent également dans la cuisine par exemple !!!

On commencera par une présentation des rythmes traditionnels et de la pulsation du Ti Bwa ( clave Martiniquaise et Guadeloupéenne )

 

Les 7 rythmes principaux du Gwo Ka :

 

  • le « toumblak » (le plus connu) qui est aussi une danse de l’amour avec ses postures suggestives. Se rapprochant du « calenda », il rappelle les danses de la fertilité en Afrique (le « toumblak » devient « toumblak chiré » : quand le rythme s’accélère jusqu’à l’envoûtement).
  • le « graj » : danse de travail dont les mouvements évoquent les différentes phases de la fabrication de la farine de
  • le « mendé » qui est aussi un rythme et une danse de Il symbolise l’évasion collective. Ce rythme incite à la marche et au défilé.
  • le « woulé » : sorte de valse piquée appelée aussi « ballon » qui était autrefois dansée avec un foulard (danse de travail).
  • la « granjanbel » (ou  » padjanbel) : rythme et danse de travail qui rappellent les mouvements saccadés des esclaves des
  • le « kaladja«  : danse de l’amour (triste) – (« lenbé » : chagrin ou événement )
  • le « léwoz » qui est sans doute le rythme le plus complexe et le plus difficile à exécuter. C’est aussi une danse d’incantation probablement désacralisée et provenant des sociétés secrètes à l’origine des révoltes aux XVIIIème siècle.

 

Ensuite, tous les élèves découvriront et joueront le rythme de la Biguine, principale musique de Martinique et Guadeloupe dans les années 1900 … Initiation également de la Mazurka créole …

preview

flyerMasterClass2

 

Découverte du jazz-ka :

 

La découverte du jazz-ka se fait sur partition, avec des morceaux de jazz-ka plus ou moins complexes selon le niveau des étudiants… L’idéal étant d’avoir un groupe constitué de batterie, basse, piano et guitare, et d’avoir des instruments à vents. Le chant peut également participer à la master class…

En outre, il faut savoir qu’il est déjà très difficile d’improviser une mélodie en modale (sur un seul accord) sur un rythme Gwo ka, car il faut en maîtriser les accents… Alors il est bien entendu qu’improviser sur des accords de jazz placés sur du tambour traditionnel, est une discipline redoutable : il faut maîtriser l’impro sur les harmonies, et tous les accents propres au Ka … sans compter qu’il y a aussi une histoire de son à chercher sur l’instrument !!! Un son de trompette ou de sax, dans le jazz, n’a rien à voir avec celui utilisé dans le classique, et il est également très différent du son à acquérir dans le Jazz-ka …

Le son Jazz-ka est un son très coloré qui traduit la joie de vivre dans les Antilles Françaises, imprégné d’histoire et de raffinement, il doit avoir un avant-goût subtil de vanille, de cannelle et de cacao, dont le parfum se mêle au son éternel des vagues bleues turquoises qui s’échouent langoureusement sur le sable de corail…

 

flyerMasterClass